La chasse au travail « au noir » renforcée en provence

DangerQue ce soit dans le cas de « des stagiaires qui jouent le rôle de salariés véritables ou d’employés qu’on licencie ou fait démissionner pour mieux les faire retravailler sur les mêmes chantiers » ou dans le cas de fausse sous-traitance ou de faux détachement de salariés, en passant par le montage d’entreprises éphémères, sans oublier le recours trompeur à des auto entrepreneurs qui n’en sont pas l’URSSAF met les bouchés doubles pour punir les fraudeurs.

L’Urssaf a redressé 29 M d’€ et elle va contrôler nuit et jour nous dit un article dans la provence.com (publié le 20 mars 2011). Une équipe de choc a en effet été mise en place avec 130 contrôleurs de l’Urssaf dans la région, dont 10 totalement dédiés à la lutte contre le travail dissimulé.

On y apprend entre autre que « tous les secteurs d’activités sont désormais concernés et toutes les tailles d’entreprises ».

L’état aurait-il besoin d’argent ? … article à lire ici.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. sonia dit :

    Merci pour ces précisions, il s’agit d’un sujet très interessant. tout sudistes sait que le travail dit au noir est monnaie courante.

    Bien entendu toutes les sphères d’activités sont atteintes, la restauration reste un bastion du travail au noir mais l’éradication de ce phénomène … j’y crois pas trop, à vrai dire en provence tout le monde joue le jeu de la fraude et la corruption y est facile.

    Le travail au noir est à la provence comme le ciel gris à paris …
    C’est malheuresement presque culturelle !
    Il faudra bien plus qu’un battaillon pour combattre cette fraude, c’est un changement des mentalités qui est necessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This