AKKA Technology choisie par EOLAB (Renault)

logo_akkaDans le communiqué de presse du 15 Janvier 2015, la SSII a annoncé la conclusion d’un contrat avec le constructeur automobile Renault, et  le centre d’excellence d’AKKA Technology nommé Proceda. Ce centre, spécialisé dans le design, l’ingénierie et la fabrication, est leader de l’ingénierie automobile en Allemagne. La SSII sera en charge de réaliser les habillages intérieurs et extérieurs d’Eolab (la nouvelle vitrine technologique de Renault présentée à Paris lors du Mondial de l’Automobile 2014). Précisons que EOLAB est un démonstrateur roulant intégrant plus d’une centaine d’innovations comme l’aérodynamisme, la diminution de la masse par rapport à un véhicule de même taille, ou encore l’implantation d’une motorisation hybride.
Ce nouveau partenariat vient confirmer la dynamique internationale du Groupe AKKA Technology, en phase avec un chiffre d’affaires en progression +0,9% en 2014 (885,6M€).

Si vous souhaitez avoir davantage de détails sur le partenariat avec EOLAB cliquez ici, ou sur les chiffres de la SSII, rendez-vous ici et .

Les SSII Sword et Groupe Open : rachetées par un fond commun de placement

Au mois de janvier dernier, le Fond Commun de Placement « Talence Sélection PME » a jeté son dévolu sur deux SSII (Sword et Groupe Open).

sword ssiiCommençons par la SSII Sword. Cette société internationale est spécialisée dans les prestations de conseil et d’intégration aux grandes entreprises. Elle a été créée en 2000 près de Lyon et a atteint un chiffre d’affaires de 27M € en 2013.

Le Groupe Open, est lui, spécialisé dans la Transformationgrpe open Industrielle et Numérique des entreprises depuis 1988. En 2013, le groupe a atteint un chiffre d’affaires de 1,5M.

C’est parce que ces deux SSII sont considérées comme des valeurs françaises de petite taille mais à fort potentiel de performance qu’elles ont été rachetées par le Fond Commun de Placement « Talence Sélection PME ».

Pour davantage d’informations sur ces rachats rendez-vous ici.

Comment les DSI ont-ils réparti leur budget en 2014 ?

C’est l’une des money-434709_1280questions à laquelle le baromètre de la SSII américaine CSC, en partenariat avec IDG Research Service, tente de répondre.

L’étude a été soumise à un panel de 590 DSI d’organisations de 250 salariés de 23 pays différents, répartis sur 5 continents. Pour près de 64% des répondants, les dépenses IT ont augmentées en 2014. Voyons à présent à quels postes de dépense est consacré ce budget.

La priorité reste la sécurité, dans laquelle 71% des répondants ont investis. Les possibilités de la Big Data séduisent également les entreprises qui y consacrent un budget (64%). La modernisation de l’existant reste également une priorité pour 61% des répondants.

Les modèles à la demande de type Saas, Iaas et Paas continuent leur progression et font partie des nouvelles priorités de près de 64% des DSI. Néanmoins, ces chiffres sont à relativiser, puisque 70% du budget des DSI reste consacré à maintenir l’existant des entreprises.

Retrouvez l’analyse complète du baromètre ici et la totalité de l’étude ici.

La SSII Ausy communique sur son exercice en 2014

Ausy est Logo_Ausyune entreprise française de Conseil & Ingénierie dans le domaine de la R&D et de l’IT.

Ausy a renforcé sa présence en Allemagne et en Belgique en procédant à trois acquisitions courant 2014 : Pentasys en Juillet, puis Crosscheck en octobre et VITM GmbH en novembre.

Ces acquisitions ont permis de soutenir l’exercice annuel du groupe, qui atteint 340,9 millions d’euros, soit une hausse de 5,1% par rapport à 2013. Son activité internationale représente près de 105,7 millions d’euros sur l’ensemble de l’exercice. Les résultats définitifs seront publiés le 19 mars.

Retrouvez tous les chiffres d’Ausy ici.

La SSII ZENIKA reconnue comme une des entreprise « où il fait bon vivre »

logo-zenikaLa SSII ZENIKA est spécialisée depuis sa création en 2006 dans le conseil, la réalisation, la formation et le support informatique spécialisé dans l’Open Source et l’agilité.

En 2014, elle a été sacrée 7e au classement de la récompense « Great Place To Work 2014″. Selon le communiqué de presse, ce prix met au devant de la scène la politique managériale de la société, qui souhaite « placer le bien-être, la motivation et l’évolution des collaborateurs au cœur de la stratégie d’entreprise ». Comme l’explique le Président Directeur Général de ZENIKA Monsieur Carl Azoury « A la création de la société en 2006, nous avons voulu créer une société dans laquelle on voulait être en tant que consultant ». Il ajoute par exemple qu’ils ont mis en place pour les consultants « un variable égal à 10% de leurs résultats et ce, quel que soit le montant du volume des facturations, il n’y a pas de palier à atteindre ».

La SSII en quelques chiffres :

En 2014, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 13,6 millions d’euros, soit une croissance annuelle de 28% pour un résultat net positif de 650 000 €.

Plus d’informations ici.

Comment mieux maîtriser vos coûts de personnel ?

family-222764_1280A l’heure où maîtriser ses coûts de masse salariale devient la priorité de nombreuses entreprises, nous avons pensé que relayer un résumé de l’enquête de CXP en partenariat avec l’éditeur Euristic, pouvait vous intéresser. En effet, l’étude porte sur les pratiques de pilotage des sociétés en matière de gestion des ressources humaines. Quand on sait que pour la moitié des entreprises interrogées (153) ce poste de dépenses représente 50% des charges de l’entreprise, il semble important de rappeler les étapes clés du pilotage qui sont considérées comme fondamentales par chacune des entreprises interrogées :

  • préparer le budget et suivre de façon périodique ses écarts
  • élaborer un reporting réel de la masse salariale
  • simuler l’impact des différentes réglementations
  • piloter les rémunérations et les avantages sociaux

Les retours sur investissements attendus sont de sécuriser la prise de décision, anticiper l’impact de celles-ci dans le temps et maîtriser les frais de personnels.

Ces étapes sont aussi applicables à la gestion globale de l’ensemble de vos ressources externes, telles que les prestations intellectuelles, l’intérim, etc… Pour cela, des outils sont disponibles pour vous aider à gérer au mieux vos ressources externes, telle que la solution OBMS qui vous accompagne dans la création des appels d’offres jusqu’au reporting opérationnel de vos activités en passant par votre sourcing. Vous retrouverez davantage d’explications sur cette solution ici.

Cliquez-ici pour retrouvez l’Edito de Claire LEROY, Rédacteur en Chef du Groupe CXP.

.

Résultat d’une étude effectuée auprès des signataires du label relations fournisseur responsables

RFRLa charte relations fournisseur responsables a été créée par médiation inter-entreprises et la cdaf en 2010. Les entreprises signataires de la charte (518 aujourd’hui) s’engagent à développer et adopter des pratiques d’achats responsables sur 10 points donnés. Lors d’une conférence, Com Media, qui regroupe 132 de ces signataires, a présenté une étude menée auprès de 83 d’entre eux à laquelle 43 ont répondu. L’étude s’est penchée sur les pratiques et plans d’actions mis en place pour chaque point de la Charte.

Nous évoquions dans un précédent article le mois dernier les problèmes que peuvent engendrer le non respect des délais de paiement. Lorsque les entreprises adhèrent à la charte, celles-ci s’engagent à respecter les délais légaux de paiement de leurs fournisseurs, soit 60 jours. Et bonne nouvelle : l’étude révèle que 77 % des signataires de 2011 à 2014 disent effectivement payer leurs fournisseurs dans les temps.

Mais cette équité financière passe également par la mise en place d’un « cadre contractuel équilibré, respectueux de la législation et respecté ». Par exemple, les signataires s’engagent envers leurs fournisseurs à leur soumettre l’appel d’offres aux conditions réalisables pour un prix qui ne soit pas déraisonnable. Mais ce respect doit avoir recours à toutes les étapes du processus depuis l’amont du projet à sa clôture. Ainsi, les deux parties sont amenées à redéfinir ensemble, et non pas unilatéralement, les modifications des prix de prestations en cours de projet.

Lire la suite

Comment stimuler sa performance commerciale?

woman-163426_1280Depuis quelques années, les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont bouleversé notre environnement de travail. Elles ont favorisé entre autres, l’apparition des nouvelles tendances comme le Big Data (traitement de grandes et diverses quantités de données), la digitalisation (numérisation de procédés dans les entreprises) ou encore la « centricité-client » (mettre le client au cœur du modèle opérationnel de la société).

Mais comment rendre ces données utiles à la performance commerciale?

Toutes ces tendances autour de la donnée deviennent incontournables à la stratégie commerciale et à sa performance, notamment grâce à l’analyse que l’on peut faire de ces données. La Harvard Business Review a intitulé ces méthodes d’analyse : les « Analytiques de la Demande ». HBR a ainsi déduit une relation entre l’analyse de ces données et la performance commerciale (en termes de chiffre d’affaires, taux de marge, taux de profit ou encore taux de rentabilité d’une action). En effet, 3/4 des sociétés avec une analytique de la demande avancée démontre une performance commerciale supérieure à la moyenne.

Dans les entreprises dont l’analytique de la demande est avancée, HBR a constaté des investissements nombreux aussi bien en temps, qu’en ressources financières. Par exemple, je cite « sept compagnies sur dix ont considérablement investi tous les ans sur les trois dernières années ».

Les facteurs clés du succès pour une analytique de la demande avancée sont ciblés davantage sur les processus plutôt que dans les outils :

  • la définition de processus clairs pour organiser le traitement de ces données,
  • la collecte automatique de données de qualité et accessibles,
  • la nécessité d’une workforce constituée d’experts dans l’analyse de ces données.

Alors, pour devenir leader dans l’analyse de données et stimuler ainsi votre performance commerciale, il semble qu’il faille investir à la fois du temps et des ressources.

Pour davantage d’informations, retrouvez l’article source ici.

La SSII AIRRIA nomme son nouveau responsable d’activité

logo_franchise_airria_280611La SSII AIRRIA spécialisée dans l’intégration de services en informatique et telecom, a annoncé dans son communiqué de presse du 5 Février 2015 la nomination de Monsieur Dominique CANOT au poste de Responsable de l’activité du Groupe.

La stratégie 2015 choisie par la SSII est de « déployer la stratégie et le développement de la division Services, et de dynamiser cette activité ». Une activité « Services » qui depuis 2013 est en essor constant, ce qui amène la société a recruter de nouveaux collaborateurs pour répondre aux besoins des clients en termes d’assistance, de formation, de support et d’installation.

Pour rappel, aujourd’hui la SSII compte 130 agences en France, 1400 techniciens référencés et 24,3 millions de CA.

Retrouvez davantage d’informations dans le communiqué de presse du Groupe AIRRIA.

La SSII Smile dévoile sa stratégie d’acquisition 2015

smile_smallLeader français de l’open source et spécialiste dans le Conseil en systèmes et logiciels informatiques, la SSII Smile qui compte aujourd’hui en France plus de 600 salariés développe ses activités de prestations en infrastructure.

Pour confirmer sa stratégie 2015 de diversification, la SSII compte désormais une équipe de 20 consultants spécialisés dans « l’accompagnement en phase amont des projets open source » et propose ainsi des prestations d’intégration mais aussi de support.

Pour rappel, en 2014 la SSII a atteint un CA de 53 millions d’euros (soit 10% de croissance), en partie grâce aux changements organisationnels apportés par le nouvel actionnaire Keensight Capital.

Pour davantage de précisions sur la stratégie de la SSII Smile, retrouvez l’article source ici.