Sélectionner une page

Faucet-128-2

Tout comme l’Allemagne, la Grande Bretagne proclame l’austérité et donc la réduction des budgets. Dans le cadre de cette politique, le gouvernement britannique a communiqué son intention de réduire à 7,2 milliards d’euros ses dépenses en IT. Cette annonce tombe comme un couperet dans le monde des SSII déjà en clin à la crise.

Cette politique de réduction ne concerne pas uniquement les nouveaux budgets, elle touche également les  anciens projets. En effet, la direction informatique de l’Etat britannique à fait savoir que tout projet dépassant 1 millions de livres se verrait interrompu et momentanément « gelé ». Par conséquent, nombres de projets gouvernementaux font l’objet d’une analyse par une instance (Efficiency and Reform Group), composée de fonctionnaires du gouvernement. Cet organe aura le pouvoir de réduire les budgets de certains projets ou encore d’en annulé certains.  C’est déjà le cas de  la nouvelle carte d’identité, du passeport biométrique ou également de la constitution d’une base de données de profils ADN.
Ces abandons impactent fortement les sociétés IBM et CSC, premières à être victimes de cette politique mais surement pas les dernières.

L’État britannique était un grand consommateur IT avec des volumes d’achats conséquents … il dépensait en moyenne 17,6 milliards d’euros chaque année. Grand adepte de l’externalisation 65% de son SI était sous traité, ce qui représente un manque à gagner important pour ses fournisseurs. Pour palier à ses besoins tout en respectant sa politique restrictive, le gouvernement anglais compte bien se tourner vers l’Open Source, une nouvelle assassine pour la SSII britannique Logica qui réalise 60% de son CA avec l’État.

Les SSII françaises aussi pâtiront de cette coupes massives des budgets. Capgemini qui réalise près de 75% de son activité avec le gouvernement britannique s’inquiète fortement de cette nouvelle orientation. C’est pourquoi, une négociation s’est opérée entre ces deux acteurs, afin de certes réduire les coûts sans pour autant perdre le périmètre d’activité.
D’autres n’auront peut être pas cette opportunité de négocier, et risque de perdre un marché conséquent. Faisons donc un petit panorama des SSII françaises qui risquent d’être affecté par cette nouvelle mesure gouvernementale.

  • Atos Origin réalise près de 902 millions d’euros sur le marché britannique, le secteur public contribue en majeur partie à ces résultats, en particulier le ministère de la justice.
  • Steria quant à lui comptabilise 640 millions d’euros sur le marché public anglais, surtout avec le ministère de la santé.

Le virus qui consiste à « dégraisser le mammouth informatique de l’État » va t-il sévir en France ?
Le ministre du Budget Eric Woerth ne cache pas son intention suite au déficit, de réduire les achats comme dans tous les domaines. La mutualisation entre les DSI des ministères semble être un moyen de réduire les coûts. Contrairement au gouvernement britannique, la France externalise moins et donc les réductions opérées sont moins impactantes sur les SSII.

Si la crise parait mener les gouvernements à des réductions de budget dans tous les domaines. Est- ce une bonne idée de suspendre l’activité informatique ? Ne serait ce pas au contraire un levier qui permettrait une relance de l’économie ? Qu’en pensez vous ?

Abonnement au Blog

Abonnement au Blog

Inscrivez-vous pour recevoir une alerte dès qu'un nouvel article est publié !

You have Successfully Subscribed!

Share This