Sélectionner une page

Les achats de prestations intellectuelles (RH, juridique, conseil, informatique, ingénierie, …) sont un peu en marge des autres familles d’achats. En effet, on n’achète pas une prestation intellectuelle comme on achèterait des matières premières ou des crayons…

Nous entrons dans le domaine de l’humain et bien souvent de l’irrationnel. C’est bien pour cela qu’un métier et un acteur spécifiques devaient y être dédiés : l’acheteur de prestations intellectuelles. Il lui faut alors connaître le métier de ses clients internes, maîtriser les risques juridiques associés à cette famille, proposer un process clair – et de préférence instrumenté – suivre et contrôler la bonne exécution de la prestation et, bien sûr, négocier au cas par cas et/ou dans le cadre de contrat cadre pluri-annuel.
Mais qui est-il et que fait-il au quotidien ?
Pour commencer, cela dépend du volume d’achats et de la délégation réelle que lui accorde la Direction Générale. Bien souvent, nous voyons encore des acheteurs n’intervenant qu’en fin de process (gestion des bon de commandes, …)!
En parcourant les offres d’emploi sur le sujet, nous trouverons des missions du type :
« Vous pilotez les actions groupe sur la famille des prestations intellectuelles en définissant et mettant en place la politique achat dans le but de développer des partenariats avec les principaux fournisseurs et de maîtriser les coûts d’achat de prestations. Vous mettez en place les accords cadres et implantez l’utilisation d’une plateforme online de réponse aux appels d’offre. Vous recherchez en permanence à optimiser votre famille d’achats en prenant en compte ses aspects stratégique, tactique et opérationnel. Négociateur tenace et ambitieux, vous êtes force de proposition. Vos excellentes compétences en communication et votre expertise vous permettent de conseiller vos clients internes. »
ou bien encore :
« Vous participez aux objectifs de la Direction des Achats en terme de couverture des Achats et atteinte des objectifs de réduction des dépenses.
Vous gérez les appels d’offres : recueil des besoins, rédaction des cahiers des charges, aide à la sélection des fournisseurs, utilisation d’un outil e-sourcing, suivi, réception et analyses des appels d’offres.
Vous effectuez les négociations avec les fournisseurs, participez aux recommandations pour les clients internes. Vous rédigez les contrats. Vous gérez la relation avec les fournisseurs. Vous établissez les reportings et les tableaux de bord. »

En bref, l’acheteur de prestations intellectuelles du « 21eme siécle » utilise un outil d’achat spécialisé « prestations intellectuelles » afin de rationaliser les processus et suivre les appels d’offres et la qualité des projets y afférant. Il peut ainsi se concentrer sur des actions à plus forte valeur ajoutée comme :
– l’analyse de ses indicateurs (issus de son outil) aux fins de réductions des coûts axées performance et non uniquement ciblées sur des réductions tarifaires,
– le fin pitotage de son panel de fournisseurs afin d’optimiser le ratio coût/qualité,
– le contrôle des risques juridiques (délit de marchandage, droit de la propriété intellectuelle, obligation de conseil, confidentialité, …)
– la veille sectorielle destinée à préparer son futur sourcing ou d’apporter des solutions innovantes à ces clients internes,
– le suivi poussé des prestations afin de limiter les risques de dérives, de contrôler les facteurs de sous-performance et de permettre des prises de risque stratégiques,
– l’animation d’une base de retour d’expériences,
– la maîtrise de la partie ‘procurement’ : réduction des risques d’erreur de facturation, automatisation des éditions de commande et des avenants au contrat,
– etc.

En tapant « formation prestation intellectuelle » sous Google, il ressort que la Cegos propose -sans être la seule – une formation qui reprend en 5 points les axes de travail d’un acheteur de prestations intellectuelles :
– positionner les achats de prestations intellectuelles,
– maîtriser le processus d’achat des prestations intellectuelles,
– maîtriser les risques juridiques et rédiger des contrats solides,
– suivre et contrôler la bonne exécution de la prestation,
– négocier ses achats de prestations intellectuelles.

En résumé, si l’acheteur de prestations intellectuelles possède un véritable appui de sa direction et qu’il utilise un process clair (de préférence outillé), il se positionnera comme un acteur transverse ayant un rôle stratégique, pouvant permettre des avancées notables de sa structure par l’apport des meilleurs fournisseurs aux meilleurs coûts. Il pourra également être un point d’entrée pour accroître l’innovation au sein des bureaux d’étude de son entreprise.
Et comme toute peine mérite salaire : nous retrouvons généralement des salaires compris entre 35k€ et 45k€ pour une fonction d’acheteur de prestations intellectuelles. N’oublions pas ici une autre spécificité de ce métier : l’acheteur doit négocier avec des commerciaux qui ont, de leur côté, des salaires compris entre 40k€ (en fixe) et 80k€-120k€ (avec variable), voire plus de 200k€ pour certains. Cela ajoute indéniablement une complexité humaine et émotionnelle à notre acheteur qui doit garder la tête froide face à toutes ses contraintes !

Abonnement au Blog

Abonnement au Blog

Inscrivez-vous pour recevoir une alerte dès qu'un nouvel article est publié !

You have Successfully Subscribed!

Share This